Ces derniers matins, c'est un peu rush pour se lever, et puis j'ai eu mal au crane tous les matins. Mais il faut dire aussi...

En gros, avec la crise porcine on se tape des bouzeux plus que grincheux, une hiérarchie qui grince comme si ils avaient la cravate trop serrée relié d'un kiki à l'autre quand on parle augmentation et prime... du coup je ripe et mon ironie sarcastique fait des siennes.

L'année dernière le directeur m'avait établi un plan d'augmentation sur 3 ans. Et au moment où je lui en reparle il fait l'étonné qui ne se souvient plus, puis fait semblant de chercher un dossier dans son superbe ordinateur de boss dernière son impressionnant bureau avec sièges en cuir de ministre, pour finalement me sortir que oui oui biensûr!! Mais c'était à compter de mon entrée dans sa putain de boîte (il y'a 3 ans et demi donc) et que donc cette année était la dernière fucking année d'augmentation. Vicelard!!

Après le formatage des salaires sans augmentation, il faut se formater le caractère... Je traduis: hyper motivée ou rien à foutre tendance va te faire voir... évidement le hyper motivée je le garde, et comme de bien entendu, c'est biensûr juste l'autre côté de la force qu'il faut travailler. "Ca va devenir compliqué de rester chez vous!" PAF! Ca c'est dit. Question suivante? L'avenir dans la boîte? Pardon? Quel avenir? Attendre encore 12 ans -pardon 11 ans et demi- pour passer au grade supérieur comme mes prédécesseurs? Mouais bof, j'appelle pas ça de l'avenir. Allez hop! Ca aussi c'est fait!

Après le formatage des salaires sans augmentation, le formatage du caractère, vint le formatage des primes pour le bon formatage des techniques à mettre en place et vendre toujours plus. Deux semaines après, j'apprends que ma prime sur mon travail technique est diminuée de moitié par rapport à l'année dernière... tout en ayant vendu deux fois plus et amélioré les résultats techniques de tous mes élevages sans aucune exception comme l'année dernière. La flambée des céréales, soyons solidaires avec la firme. Ben voyons, je fais ce métier pour gagner de l'argent par pour être solidaire. Ca aussi c'est envoyé.

Alors depuis, à la moindre occasion, mon ironie sarcastik se venge. Genre aujourd'hui j'ai gagné un nouveau client dans un style de mission impossible réussie et au moment du bip du répondeur du téléphone du nouveau p'titchef pour lui annoncer la bonne nouvelle, au lieu de laisser un message normal, mon ironie sarcastik a fait un attentat spontané "une super bonne nouvelle!! J'ai gagné la commande de Mr. B., je sais qu'automatiquement, t'auras envie -à juste titre- de m'offrir une semaine supplémentaire de vacances ainsi que de doubler ma prime, aussi ne te gène pas! On se rappelle! à plus! TtchaTchaoooo!" Vu sa réponse... Je crois qu'il l'a mal pris...

Et puis le grand moment elfik fut la semaine dernière. J'étais appelée à défendre le dossier d'un client: le travail technique que j'ai mis en place sur les 3 dernières années, les super résultats obtenus contre deux paires de banquiers aux dents longues et le conciliateur de justice... Monsieur le conciliateur qui a daigné me laisser 3 minutes pour défendre mon dossier sur 3 heures de débat (dossier que j'avais préparé en un peu plus de 3 minutes et même 3h d'ailleurs, mais ça tout le monde s'en fout), ayant monopolisé 5 minutes à lui tout seul pour critiquer le nombre de contrôles machine à soupe que je devrais faire selon lui dans l'année. J'ai serré des dents... mais que jusqu'à là fin de la réunion où je lui suis tombé dessus: "- Alors Mr le conciliateur, on voit une jeune nana et ça y est! C'est la fête, le conciliateur de justice devient super technicien et me donne des leçons sur la façon dont je dois travailler?
- Mais enfin mademoiselle...
- Madame! J'préfère, damoiseau est un terme qui a été banni depuis longtemps.
- Mais je... mais j'ai 3 filles!!
- Et bien! Elles ont du boulot!
- Oh ne le prenez pas mal, je voyais que vous preniez la mouche, je m'amusai...
- Et bien bravo! On est là pour défendre Mr et Mme J. afin de trouver une solution à leur difficultés financières auxquelles je fais face toutes les semaines pour améliorer leurs performances et leur marge de gain concrètement... et vous, vous vous amusez!
- Si vous voulez, je viendrai avec vous au prochain contrôle machine à soupe, à vrai dire... je n'en ai jamais fait...
- Soit! Je prends note, je ne vous oublierai pas!
Et le p'titchef qui me poussait depuis le début de la conversation vers la sortie de rajouter: - vous pouvez compter sur elle, elle vous appellera!"

Toujours est-il que dans cette ambiance survoltée... Je n'arrive pas à rester zen. Ce qui me rassure quand même un peu, c'est que tous les collègues sont dans le même état d'esprit que moi... et le mieux c'était ma rencontre avec la journaliste de la boîte qui était encore plus désappointée que moi, absolument désabusée en sus, des différences salariales et reconnaissances entre les hommes et les femmes, durant son bilan annuel, elle n'avait même pas eu le loisir de parler salaire. Une collègue aussi a rencontré un médecin du travail complètement scandalisé des différences de modèles de voiture entre les chefs et les salariés, les chefs ayant biensûr le top pour un kilométrage au moins 5 fois plus faible que nous, pauvres gueux (enfin moi ça va, je ne plains pas, je n'ai pas mal au dos dans ma berlingo où on est pas plié en 4 au ras du sol...).

Mouais, difficile de rester zen. Et le matin... je n'arrive pas à décoller, je retarde le moment d'aller sur le terrain, encore plus le travail de bureau... et c'est ainsi que j'arrive enfin au youtube ci-dessous, trouvé par hasard en cherchant une petite image sympa pour égayer un mail envoyé à mes clients râleurs. Voici donc, pour le plus grand plaisir de toutes mes oreilles et des vôtres, ce que j'ai fredonné toute la journée en pensant à ma zoulette qui elle, est enfin en vacances, et ça c'est chouette! J-1 pour moi... et franchement... il est temps!!